COMPRENDRE POUR TRADUIRE ET TRADUIRE POUR COMPRENDRE – PROPOSITIONS POUR ABORDER LA TRADUCTION EN LANGUES ANCIENNES

Pedro DUARTE

Descriptif

La version qui constitue un exercice fréquemment employé dans l’apprentissage des langues anciennes soulève le problème de ce travail assurément riche mais exigeant et complexe par le nombre de principes cognitifs sous-tendus :

– compréhension du texte, qui se déploie sous le double aspect linguistique de la grammaire du texte et du sens du texte. En somme, cela implique une connaissance des structures grammaticales mais également d’une partie appréciable du lexique, et surtout leur bonne actualisation au moment de la traduction. Cela suppose que la traduction littérale, quand elle est juste, permette une saisie globale sinon fine de chaque énoncé et de l’enchaînement des énoncés, voire de l’énonciation (donnée particulièrement aiguë, par exemple, dans le cadre de l’ironie) ;

– la restitution du sens, qui soulève tous les enjeux traductologiques connus, dont la sélection d’une traduction plutôt sourcière ou cibliste, pour en présenter rapidement deux pôles notables. Bien entendu, la restitution implique également la bonne maîtrise de la grammaire et du lexique de la langue-cible et leur bonne actualisation.

De manière résomptive, nous saurions dire que nous retrouvons ici les principes inhérents à toute interprétation d’un message linguistique, à savoir décodage, encodage et transcodage, la difficulté supplémentaire résidant dans l’utilisation conjointe par le traducteur de deux codes linguistiques différents, dont l’un tout particulièrement est en cours d’apprentissage.

En fournissant plusieurs propositions de traduction ou en faisant travailler sur l’élaboration de plusieurs propositions de traduction, l’enseignant varie le rapport qu’a l’étudiant au texte, pour changer le mode de compréhension du texte. Cette modalité permet d’envisager de plus grands segments textuels pour limiter le recours à la traduction courte sur des textes encadrés par des passages fournis de manière bilingue.

Cette approche de la traduction peut également avoir le mérite de « dédramatiser » l’exercice de version en présentant aux étudiants plusieurs propositions de traduction d’un même texte. Selon l’intérêt des étudiants, il est même possible de consacrer une séance à l’histoire de ces traductions pour comprendre leur contexte de production et les enjeux des choix traductologiques. Il est bien sûr plus évident de considérer des textes littéraires qui bénéficient d’une riche tradition de traduction. La réappropriation du texte à l’aide des traductions-supports permet à l’étudiant de considérer les enjeux de la traduction, dont la bonne compréhension du texte-source.



Citer ce billet
Flore Kimmel-Clauzet (2022, 20 mai). COMPRENDRE POUR TRADUIRE ET TRADUIRE POUR COMPRENDRE – PROPOSITIONS POUR ABORDER LA TRADUCTION EN LANGUES ANCIENNES. L'Antiquité en dialogue. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://antiqdialog.hypotheses.org/1489

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search