Le Latin enseigné comme une langue vivante : adaptation d’une méthode allemande d’enseignement du latin

Anne Belin et Holger Hildebrandt

Séance du samedi 13 juin 2015

 

Anne Belin & Holger Hildebrandt (CPGE Daudet, Nîmes) présentent leur utilisation et adaptation d’une méthode d’apprentissage du latin comme une langue vivante (Fr. Maier, Latein ganz leicht, Hueber, 2009) dans le cadre du diplôme du Latinum en Allemagne (le Latinum est un diplôme que les élèves reçoivent au bout de 4 ans d’études de latin. Ils ont besoin de ce diplôme pour s’inscrire à l’université dans certaines matières), au contexte spécifique de l’apprentissage accéléré du latin en classes préparatoires, avec pour perspective les concours d’entrée à l’École normale de la rue d’Ulm ou à l’École des Chartes.

Ils disposent en hypokhâgne d’un groupe de latinistes confirmés ou faux débutants ainsi que d’un groupe de vrais débutants. Les deux groupes sont rassemblés en khâgne, mais certains élèves préparent les épreuves de l’ENS (version ou version accompagnée d’un commentaire) alors que d’autres préparent celle de l’École des Chartes (version et éventuellement thème). Les élèves disposent en tout de trois semestres pour préparer les épreuves écrites. Toute la première année se fait sans dictionnaire, avec presque pas de notes de vocabulaire en bas de page. Chaque leçon suppose l’apprentissage de 40-50 mots, ce qui permet d’atteindre les 1000 mots à maîtriser selon les programmes.

En Allemagne, le latin est considéré comme une langue vivante. Il peut même être pris comme LV1. En général les élèves prennent l’anglais en LV1, le latin ou le français en LV2. Cette conception impacte le type de travail proposé dans le manuel : le latin y est enseigné/conçu comme une langue vivante.

Les 20 leçons du manuel sont conçues pour être faites en 2 semestres. L’enchaînement des leçons peut paraître étonnant au premier abord : ainsi le traitement du gérondif précède celui de l’adjectif verbal. L’apprentissage est en fait basé sur un travail de permutation avec son complément, ce qui évite des confusions de sens liées à la découverte dans un premier temps de l’adjectif verbal.

Chaque chapitre comprend 2 textes : un texte d’entrée plus facile, un texte de sortie plus difficile. Dès la première leçon, le texte de sortie est directement inspiré d’un texte d’auteur. Dès la leçon 10, il est possible de faire un travail de littérature à partir des textes simplifiés. Exemple de leçon : l’enseignement du participe passé passif.

Le principe de la méthode est d’accompagner systématiquement la découverte d’un nouvel élément de la réutilisation de choses connues (dans un contexte présentant des éléments déjà connus), ce qui réduit l’étrangeté, rassure et circonscrit l’élément sur lequel doit porter l’effort. Ce système de réutilisation constante des acquis des leçons précédentes est très efficace. Les élèves partent de l’exercice, avant de faire une leçon théorique. La parole se libère à partir des exercices proposés en grand nombre pour faciliter une compréhension globale et non nécessairement toujours précise. Il en va de même pourpour la littérature.

Bilan : positif dans l’ensemble

1) apprentissage du vocabulaire. Pas d’apprentissage par cœur de déclinaisons/conjugaisons > les réutilisations constantes et fréquentes suffisent. La méthode permet d’éviter l’emploi de textes brefs avec un énorme apparat, qui a pour effet pervers de permettre aux élèves d’inventer totalement le texte à partir du vocabulaire sans chercher à construire.

2) les élèves sont tous capables de comprendre la phrase latine des textes adaptés et de faire un travail de petit latin.

Bémol : pris dans les difficultés d’un texte littéraire, les élèves sont encore démunis.

3) première année de cette expérimentation, le recul n’est pas encore très important alors que l’épreuve de latin est discriminante au concours de l’ENS. Nécessité d’innover dans un contexte où les élèves, partant souvent de bases assez modestes (y compris en français) doivent faire face à une épreuve très exigeante.

Réponse aux questions :

– Combien d’heures de cours ?

– Hypokhâgne : 4h hebdomadaires + 1h d’histoire antique.

– Khâgne : 4h (mais avec ulm et chartes mélangées > préparent 3 épreuves différentes).

L’investissement personnel des élèves est important. Ils apprennent près de 40 mots par semaine.

– D’autres livres ?

2 livres sont conseillés à l’achat :

– Le Précis de grammaire latine (dir. R. Morisset, auteurs : J. Gason, A. Thomas, E Baudiffier), Paris, Magnard

– L’Anthologie de la littérature latine de J. Gaillard et R. Martin, Paris, Gallimard, Folio classique n°4272

– Quand arrive le dictionnaire ?

L’usage du dictionnaire arrive en fin d’année d’hypokhâgne : pour le 2e concours blanc, avec une séance d’apprentissage de son maniement. Mais son utilisation est très difficile. Le dictionnaire est source d’erreur.

– Quels contrôles ?

La répétition et la manipulation sont essentiels et irremplaçables. Des contrôles de vocabulaire ont lieu toutes les semaines. À la fin de l’année ont eu lieu des contrôles de conjugaison. Mais pas concluant. Autre type de contrôle : série de mots à reconnaître > joue sur faux amis, différentiation de mots qui paraissent des formes du même mot.

Mise à jour 2021 : lien vers communication d’Holger Hildebrandt dans la publication du workshop 1 La Lecture antique en V.O.



Citer ce billet
Flore Kimmel-Clauzet (2022, 22 juillet). Le Latin enseigné comme une langue vivante : adaptation d’une méthode allemande d’enseignement du latin. L'Antiquité en dialogue. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://antiqdialog.hypotheses.org/2081

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search