C.R 2 : samedi 28 novembre 2015 Thierry Séréno

Compte-rendu samedi 28 novembre 2015

Thierry Séréno :

” Projets expérimentaux en lettres classiques : évocation et enjeux “

Thierry Séréno (Lycée Joffre, CPGE, Montpellier) :

« Projets expérimentaux en lettres classiques : évocation et enjeux »

Le latin et le grec n’ont que rarement une place légitime ou du moins pérenne dans un établissement en raison du statut même de leur statut d’option. Leur existence dépend donc d’un maillage de facteurs : la volonté du chef d’établissement, la mise en place des emplois du temps, l’implication du professeur de langues anciennes, la concurrence avec les autres parcours et options possibles, la culture d’établissement et la volonté des élèves et des familles.

Voilà autant de leviers qu’il convient d’actionner pour rendre possible l’enseignement du latin et du grec. Je me suis toujours posé deux questions en arrivant dans un nouvel établissement :

– comment transformer une situation de départ et pérenniser les langues anciennes ?

– comment mettre en place les enseignements de latin et de grec et les offrir à tout élève qui désire les étudier ?

La réponse la plus efficace a été la mise en place de projets innovants. Je vais évoquer deux projets menés dans des établissements où j’ai enseigné : au collège d’Aigues Mortes puis au lycée Pompidou de Castelnau le Lez.

En arrivant au Collège d’Aigues Mortes, il existait une classe de latin par niveau et qui fonctionnait bien grâce à une collègue dynamique dont je prenais la suite. Le terrain était donc favorable à condition de maintenir voire d’amplifier les actions pédagogiques. L’idée m’est venue de mettre en place un projet transdisciplinaire et innovant intitulé : le latin par le sport. Il a été mené sur plusieurs années et a impliqué, dès le départ, une collègue d’EPS et l’association d’archéologie expérimentale Acta, spécialisée dans la gladiature. Le projet comprenait deux volets : une phase d’étude théorique et d’observation en cours de latin (langue, culture et civilisation autour du sport à Rome) et une phase pratique dans le cadre de l’EPS (application expérimentale des contenus vus en cours de latin et maîtrise des techniques de combat qui se déroulaient en latin comme langue vivante). Le projet s’est enrichi de la participation de différents collègues grâce à un effet de synergie interne à l’établissement (collègues d’arts plastiques, d’histoire, professeur documentaliste). Au bout de 3 ans de fonctionnement, il a été inscrit dans le projet d’établissement et s’est donc vu doté d’un budget propre. Le projet a été très attractif en termes d’effectif d’élèves inscrits en latin et il a permis l’ouverture du grec en 3ème. Il a pu continuer quelques années après mon départ de l’établissement puisqu’il était porté par une équipe et non par une seule personne et qu’il figurait dans le projet d’établissement.

Le second projet expérimental s’est déroulé en plusieurs étapes au lycée Pompidou. À mon arrivée, le latin était une option fragile. Une collègue de lettres en charge de l’atelier théâtre et moi-même avons alors mis en place un projet transdisciplinaire de représentation de la Phèdre de Sénèque et de Racine et j’ai souhaité ouvrir le latin à des grands débutants dès la seconde et la première. Cette première action et ce choix pédagogique ont permis d’étoffer le cours par un effectif immédiatement doublé à la rentrée suivante. Deux problèmes persistaient : le maintien de l’attractivité du latin dans le passage de la 3ème à la 2nde et celui l’attractivité de la filière L puisque tous les latinistes passaient systématiquement en 1re S et que l’orientation en L se faisait par défaut. D’où l’idée de mettre en place en 2nde une classe expérimentale appelée 2nde Littérature, langues et arts où sur un créneau de 3h par semaine (en plus de l’option latin qui continuait à exister en tant que telle), les élèves bénéficiaient d’un enseignement par objectif pédagogique transversal où philosophie, culture antique, littérature moderne, anglais/italien/espagnol, histoire et histoire des arts dialoguaient. L’Antiquité et les Humanités étaient au cœur des enseignements décloisonnés dans le choix des thèmes des séquences. Ce projet annuel bénéficiait d’un budget particulier puisque le lycée avait un statut de lycée expérimental grâce à plusieurs innovations de ce type menées en classe de 2nde. Cette synergie a permis de revaloriser la filière L avec un meilleur recrutement, de mettre en place une classe de grec en tant qu’option et en tant qu’enseignement fondamental en L. Enfin l’accueil des élèves (vrais faux) grands débutants en latin et en grec a permis de conserver des effectifs plus qu’honorables de la 2nde à la Terminale avec de très bons résultats au baccalauréat.

Au-delà de l’évocation anecdotique d’expériences locales, voici quelques pistes à retenir concernant les enjeux de l’enseignement du latin et du grec dans le secondaire :

– Le premier point est l’intérêt de la transversalité disciplinaire : c’est un véritable cercle vertueux consécutif à l’ouverture du champ disciplinaire (avec effet boule de neige : une discipline en amène une autre) d’où des combinaisons pédagogiques très fécondes pour tout le monde (professeurs et élèves).  Les vertus pédagogiques sont énormes : on s’aperçoit que toutes les matières sont renforcées par le décloisonnement. Un bémol, cependant, à ce tableau idyllique en ce qui concerne le temps de concertation pas toujours simple à mettre en place et très chronophage.

– Le second point est la disparition de la faiblesse existentielle des options transformée en dispositif fort parce que global et à l’échelle d’un établissement. Le latin et le grec colorent dès lors la culture de l’établissement et participent à son identité ! Cela amène aussi à la prise en compte nécessaire d’une diplomatie subtile et délicate de situations qui dépassent le seul professeur de Lettres Classiques parce qu’elles relèvent d’une politique d’établissement voire de la concurrence entre des établissements et d’arbitrages dépassant le seul établissement (notamment dans l’attribution de dotations : qui subventionne quoi ? L’établissement ? Le Rectorat ? Le Ministère ?)

-Enfin, j’insiste sur l’intérêt de l’innovation et de la Métis : la souplesse de fonctionnement et les puissances de l’imagination restent les meilleures garanties pour faire face à une situation parfois difficile voire hostile et faire entendre le potentiel de notre discipline.

Catégories : collège, lycée, latin, grec ancien

Étiquettes : pédagogie de projets, pluridisciplinarité

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search