C.R 2 : samedi 28 novembre 2015 Grégory Lamy-Scotto

« Le travail en constellation »

Grégory Lamy-Scotto (Collège Oulibo, St Cyprien),

« Le travail en constellation »

Le travail en constellation porte sur une idée simple mais peu exploitée en système : aborder certaines œuvres étudiées dans le rapport qu’elles entretiennent avec d’autres œuvres d’époque différente, d’espace différent, voire de littérarité différente – une exigence formelle moindre. Par exemple, le passage de Thucydide (Guerre du Péloponnèse, VI, 54) qui relate l’assassinat du tyran Hipparque par les tyrannoctones peut être rapproché de différentes œuvres présentant une même figure de régicide : Macbeth de Shakespeare ou Jules César de Mankiewicz (fil tiré dans le temps) ; Le Château de l’Araignée de Kurosawa (fil tiré dans l’espace) ; Game of Thrones et son fameux « Kingslayer » (fil tiré vers le mainstream).

Les activités de constellation, qui reposent donc sur l’intertextualité, présentent le plus souvent une dizaine d’extraits de tous horizons, et peuvent s’effectuer à partir d’un simple tableau : y sont posés les différents éléments retrouvés dans chaque passage. On y distingue les liens « communs », qui relèvent d’une culture commune et ne sont pas forcément conscientisés par l’auteur. Par exemple, dans les Eddas de Snorri Sturluson (dans sa présentation du Ragnarök), et dans les Avengers de Josh Whedon, on retrouve la même idée d’une fin de monde apportée par un serpent gigantesque. Plus intéressant, les liens « fins » : voulus par l’auteur, présentés de façon parfois très explicite, ces points d’attache entre deux œuvres permettent un travail d’analyse précis. Par exemple, dans le Fear Itself de Matt Fraction, Thor fait neuf pas avant de mourir comme chez Snorri Sturluson. Par ailleurs, le titre reprend une phrase célèbre de Roosevelt lors de la « fin du monde » de 1929.

Il s’agit alors de comprendre pourquoi l’auteur reprend un même topos en en modifiant le sens ou la portée. L’activité en constellation donne donc toujours lieu à une production écrite ou orale argumentée et assez normée qui présente chaque œuvre dans ce qu’elle a d’universel mais aussi dans sa singularité : chaque auteur, à une même question, apporte une réponse personnelle, qui correspond parfois à celle d’un siècle, d’un mouvement. En cela, ce travail de collège prépare déjà à la question de corpus des EAF.

Cette activité présente de nombreux avantages : support déclencheur, elle permet d’aborder des points formels, techniques, en évitant l’écueil d’un magistral trop savant et sans avoir même à poser de question. Si les liens peuvent se faire, c’est souvent qu’il y a une forme, une couleur ou un rythme identiques, et nos élèves sont en mesure de les percevoir d’eux-mêmes. En traçant une histoire des arts, particulièrement dans le cadre des séquences sur l’argumentation, la constellation permet aussi de piquer la curiosité de nos élèves, de leur montrer que cette histoire est tumultueuse, les débats non tranchés par avance, et qu’il leur appartient d’y apporter une réponse personnelle. Deux exemples ont été proposés sur la notion de civilité et sur la question de la peine de mort. Enfin la forme en « ciel » de la constellation permet de hiérarchiser les œuvres, de mettre en évidence celles qui citent et sont citées tout à la fois, les œuvres nodales.

Le projet constellation est né à la suite d’une formation sur l’analyse filmique ; il propose à des établissements divers de travailler cette année 2015 sur une des différentes répliques de cette scène universelle : un héros découvrant, héroïque ou tragique, son destin. Avec pour problématique : quel destin et quelle réponse, par quel héros, en quelle époque. Il s’agit de la faire récrire et jouer à sa classe, mais en mettant en valeur de nombreuses variables, la nouvelle forme devant être fonction :

– du niveau des élèves : école, collège, lycée, université

– de la discipline Français, latin, EPS, Histoire

– des lieux de tournage : différents départements de l’Académie de Montpellier, Maroc, Espagne

– de l’époque de production des œuvres originales, de l’antiquité à nos jours

– d’un axe patrimonial ou mainstream : grands classiques de la littérature et du cinéma, comics, mangas, blockbusters

– des supports choisis pour tourner la scène : scène de cinéma à la caméra, au smartphone, teaser, ombres chinoises, chorégraphie, film d’animation, documentaire historique …

Un site interactif va à terme permettre de visionner des parcours au sein de la constellation, parcours qui mettront en évidence des liens d’intertextualité fins et répondront de façon plus explicite à la problématique posée.

Par exemple « Destins obscurs » : Hamlet / Luke Skywalker / Buffy

Darth Vader (Dark Vador en VF) est inspiré du Hamlet de Lawrence Olivier ; un épisode de Buffy emprunte ensuite ses mots à la scène culte de Star Wars. Dans les trois œuvres, un « mort » vient annoncer une terrible fatalité, mais avec quels enjeux, et quelle réponse ?

Présentation détaillée du projet p. 59-77 de la brochure du PNF Lettres et Numériques 2015 :

https://eduscol.education.fr/document/18955/download

Pour le cadrage officiel, des exemples de supports et de réalisations, voir les documents complémentaires :

– constellation projet officiel 2015

– constellation « civilité » et documents « civilité »

– constellation « liaison » et documents « liaison »

(intégrer des liens vers les ressources pdf)

Catégories : école, collège, lycée, université

Étiquettes : littérature, culture populaire, pluridisciplinarité

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search