C.R 4 : samedi 19 novembre 2016 Aline VAZEUX

Aline VAZEUX (Collège Marie Curie, Pignan) :

« De la salle aux arènes, exploitation pédagogique d’une visite d’Arles »

Aline VAZEUX (Collège Marie Curie, Pignan) : « De la salle aux arènes, exploitation pédagogique d’une visite d’Arles »

Ce projet pédagogique a été mené sur l’année 2015-2016 : la visite d’Arles, qui a eu lieu en mai 2016, a été préparée tout au long de l’année scolaire : la sortie a servi de fil conducteur à l’ensemble de la progression annuelle. A. Vazeux s’est donné pour objectif de sensibiliser les élèves au patrimoine antique dont dispose l’Académie de Montpellier. La cité d’Arles a été choisie, parce que la diversité des monuments antiques qu’elle présente permettait de porter un projet de découvertes variées quant à leurs apports civilisationnels et de s’appuyer sur des textes d’époque et de genre très divers également.

La contrainte matérielle rencontrée au départ (pas assez d’élèves latinistes pour remplir un bus) a débouché sur l’organisation d’un projet impliquant différents niveaux de classe, et de nature interdisciplinaire : aux latinistes de 4e et de 3e (15 élèves de chaque niveau environ) a été adjointe une classe de 6e, emmenée par une enseignante d’histoire-géographie, travaillant sur l’antiquité. Le projet pédagogique imaginé par les deux enseignantes a consisté à organiser une visite de la cité d’Arles qui serait menée par les latinistes de 4e et de 3e, à destination des 6: à charge pour les latinistes de guider la visite, d’apporter des informations essentielles sur les monuments et la vie de la cité, de répondre aux questions de leurs camarades.

L’objectif pédagogique essentiel de ce projet était de mettre les élèves en situation d’interaction pour qu’ils soient davantage acteurs de leur apprentissage. Un écueil cependant était à éviter dans le même temps : transformer cours de latin en cours de civilisation uniquement, alors même que le cours ne comptait que 2h hebdomadaires. Pour trouver un équilibre entre l’enseignement de la langue et de la civilisation, A. Vazeux a fait le choix de travailler à partir des textes, pour faire prendre conscience aux élèves que la maîtrise de la langue est une des conditions d’accès aux textes et à la civilisation qu’ils véhiculent.

La préparation du projet s’est faite en partenariat avec Hélène Ménard, MCF d’histoire romaine à l’UPV, ce qui avait aussi pour avantage de démontrer par l’exemple aux élèves que des personnes avaient assez de passion pour l’Antiquité pour choisir de faire leur métier des recherches autour de cette période de l’histoire. Pour rendre l’intervention d’H. Ménard la plus efficiente possible, les élèves ont préparé des questions qu’ils lui ont envoyées en amont. H. Ménard est ensuite intervenue en cours, sur place, afin de répondre à ces questions et de guider leurs recherches. Elle leur a expliqué comment elle-même travaillait, en tant que spécialiste de l’histoire du droit romain. Les enseignantes ont pu constater que les élèves étaient particulièrement préoccupés par des questions concrètes et matérielles, par ex. : quelles sont les activités de la journée, et à quels horaires.

Le travail de recherche a été réparti en fonction des niveaux. Par ex en 4e, le travail a notamment porté sur le théâtre et l’amphithéâtre, en lien avec l’objet d’étude « les loisirs » ; en 3e, ils se sont penchés sur le lien entre Arles et César, ou sur les Alyscamps. Chaque niveau s’est chargé d’une partie de la visite en rapport avec ce programme. Dans les deux niveaux, la visite a servi de fil conducteur à la progression annuelle et les grandes lignes du programme ont été suivies de septembre à avril ; le mois de mai a été réservé à la rédaction proprement dite des notices, qui s’est révélée une activité chronophage.

En classe de 3e, ont finalement été abordés les sujets suivants :

  • les crises de la république ; César ; la fondation d’Arles, une colonie destinée à accueillir les vétérans, en réfléchissant aux noms (grec et latin) de la cité ; la proximité de la ville avec le Rhône a été remarquée par les élèves, qui ont d’eux-mêmes fait le parallèle avec Rome et le Tibre.
  • les empereurs ; Auguste ; les inscriptions sur le bouclier votif décerné à Auguste, à partir de la copie en marbre retrouvée à Arles, de manière à prendre conscience du lien qui unit Arles à Rome ; le cryptoportique du Forum d’Arles, et les fonctions du forum romain.
  • Néron ; l’incendie de Rome ; ce fut l’occasion d’évoquer le problème du christianisme, et de faire le lien avec les symboles chrétiens qu’on observe sur les Alyscamps.
  • les rites funéraires ; appui sur un texte de Suétone (texte à trous : Vie de César, LXXXIV- LXXXIX), avec travail de traduction, éléments de civilisation, étymologie (incinération, inhumation, sarcophage) ; lecture d’épitaphes pour travailler sur les aspects littéraires, en faisant le lien avec le cours de français sur la poésie lyrique, et les thèmes communs que sont par ex. la fuite du temps, la mort, etc.

Pour composer les notices, outre les apports du cours et l’intervention d’H. Ménard, les élèves ont pu disposer des ressources disponibles sur le site du Musée d’Arles, dont les dossiers d’accompagnement pédagogique qu’offre le musée, en particulier celles qui portent sur les rites funéraires (http://www.arles-antique.cg13.fr/mdaa_cg13/r06_education/060301.htm), et un livret élaboré par le Musée Gallo-romain de Lyon suite à l’exposition intitulée « Post mortem » (2010).

Il leur a fallu plusieurs heures de travail pour concevoir et mettre en forme les encarts de présentation ; ils avaient pour consigne de poser des questions, afin d’impliquer au mieux les camarades qu’ils allaient guider : les groupes de visite ont été constitués de manière à comprendre un élève de 3e, un élève de 4e et deux élèves de 6e.

En classe de 4e, le travail de recherchea surtout porté sur les lieux de la vie sociale (forum, thermes, théâtre et amphithéâtre), en confrontant à chaque fois un texte et des documents iconographiques. Ainsi, une séance a été menée sur l’observation des masques, il a inclus un travail de recherche sémantique et culturel sur le terme et la notion de persona. Pour la langue, les élèves ont été amenés à travailler sur le monologue dans l’Aulularia de Plaute (IV,9), et une comparaison a été menée avec le monologue correspondant dans l’Avare de Molière (IV, 7). Ce travail sur le texte a débouché sur la proposition de jouer la scène sur le théâtre d’Arles, en français, avec des masques fabriqués à partir d’une assiette en carton. Ces objectifs conjoints ont permis aux élèves de travailler la grammaire de manière plus ludique qu’ils n’en avaient l’habitude, et de se rendre compte des difficultés que l’on peut rencontrer pour capter un auditoire. De même, sur les thermes, le cours s’est appuyé sur une lettre de Sénèque se plaignant du bruit de Rome (Lettres à Lucilius, IV, 56) ; a suivi une réflexion sur le nom des différentes salles que l’on trouve aux thermes, en mobilisant comme ressources pour les recherches un numéro spécial d’Arkéojunior (n°97), et le manuel Latin 4e, Langue et Culture, par M. Berthelier et A. Collognat-Barès, Magnard, 2011.

La visite de la cité d’Arles leur a permis de se rendre compte de la proximité géographique des différents lieux et monuments, comme de la ressemblance avec Rome en ce qui concerne le plan de la ville. Après la visite, un exercice d’écriture leur a été proposé, afin qu’ils réinvestissent leurs connaissances tout en procédant à un compte rendu de leur visite, dont le sujet consistait à raconter la journée d’un citoyen romain.

Bilan de l’expérience :

  • les élèves des trois niveaux ont beaucoup apprécié la journée de visite en soi. Les 6e se sont montrés contents d’être chapeautés par des « grands ». Les 4e et les 3e se sont sentis valorisés, ils ont perçu l’intérêt concret de ce qu’ils avaient appris, éprouvé du plaisir à être en mesure d’apporter des explications (au point de concevoir des questions-pièges aussi) et à agir en autonomie (les enseignants ne sont quasiment pas intervenus durant la visite).
  • l’impact de la sortie sur la dynamique d’apprentissage durant l’année : les élèves ont su dès le début de l’année qu’ils allaient travailler pour la sortie, ce qui a globalement constitué un moteur d’apprentissage. Cependant, l’impact a été inégal selon l’objet travaillé, même si on note un effet positif sur ce qui pouvait leur poser habituellement problème (curiosité, moins de découragement).
  • Les prolongements / rebonds après la sortie : dans l’ensemble, les effets bénéfiques concernent surtout les apports en termes de culture générale, et la prise de conscience qu’ils habitent une région marquée par la romanisation. En revanche, le projet n’a pas eu d’impact notable sur l’apprentissage de la langue en soi, même si le travail sur la langue a sans cesse été fait, et n’a jamais été sacrifié au profit d’activités plus ludiques.
  • regrouper des élèves spécialistes et des élèves non spécialistes permet de valoriser les latinistes, ce qui constitue aussi un mode d’intéressement des élèves et contribue à redorer le blason des enseignements de langues anciennes au sein de l’établissement.

Au terme des questions et réponses liées à la présentation de ce projet, et qui ont été intégrées au CR ci-dessus, une discussion s’engage sur les différentes difficultés que rencontrent les enseignants de l’académie pour maintenir puis pérenniser les enseignements de langues anciennes. Proposer des projets pédagogiques innovants et valorisants permet de rendre ces enseignements attractifs en soulignant de façon publicitaire leur fonction formatrice.

Catégories : collège, latin, liaison secondaire-supérieur

Étiquettes : pédagogie de projets, pluridisciplinarité, exploitation du patrimoine local, histoire ancienne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search