C.R 4 : Samedi 19 novembre 2016 Béatrice Bakhouche

Béatrice BAKHOUCHE (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

« Méthode de latin online »

Béatrice BAKHOUCHE (Université Paul-Valéry Montpellier 3),

« Méthode de latin online »

La méthode d’apprentissage de la langue latine que présente B. Bakhouche, intitulée « Latin – remise à niveau », est disponible en ligne gratuitement depuis 2014, à l’adresse suivante : http://uoh.univ-montp3.fr/latin_remiseaniveau/sommaire.html.Elle a fait l’objet à l’automne 2016 d’une présentation à Paris, lors des journées de rencontre/échanges/débats prenant place au sein du Festival de l’Automne du Numérique (FAN), organisé par les Universités Numériques Thématiques (http://univ-numerique.fr/festival-dautomne-du-numerique/). O. Besson (technicienne informatique, UPV) et L. Échalier (MCF de latin, UPV), qui ont participé à son élaboration, ont procédé à la présentation de la production de la ressource en latin à la demande de l’Université Ouverte des Humanités (https://uoh.fr/front/).

La version en ligne a été élaborée au sein de l’UPV grâce au concours d’enseignants-chercheurs et de techniciens informatiques : O. Besson, technicienne informatique rattachée aux services pédagogiques de l’EàD (enseignement à distance) ; B. Bakhouche, PR de latin ; L. Échalier, MCF de latin ; E. Duthoit, docteur et enseignante en sciences du langage et didactique des langues, dont la thèse porte sur les TICE appliquées à l’apprentissage du latin.

Cette méthode en ligne a été élaborée à partir d’un manuel d’apprentissage de la langue latine qu’avait conçu B. Bakhouche il y a plus de 20 ans, et qui proposait une remise à niveau pour les étudiants de L1 de Lettres classiques. Intitulé « Le latin en DEUG », le manuel a cessé d’être édité une fois épuisé ; l’idée a alors germé d’en proposer une version interactive en ligne.

Qu’il s’agisse de l’édition papier ou en ligne, cette méthode s’adresse en premier lieu à de « pseudo-débutants » universitaires, c’est-à-dire des étudiants qui ont déjà fait du latin en collège ou en lycée, mais dont il faut, lors de la première année d’apprentissage à la faculté, consolider les connaissances morphologiques et syntaxiques, et homogénéiser les approches analytiques, littéraires et culturelles. Initialement, la méthode avait été conçue par B. Bakhouche pour un groupe d’étudiants à amener au niveau écrit du bac, mais elle ne disposait, pour le niveau universitaire, d’aucun support-type préconçu. De ce besoin particulier est donc née la méthode d’apprentissage proposée ; le principe fondamental de cette méthode consiste à toujours s’appuyer sur des textes issus de la littérature latine (jamais de textes adaptés, même dans les premières leçons) afin de familiariser dès l’abord les étudiants avec la langue littéraire que nous transmettent les textes conservés. Un seul point différencie la méthode en ligne du manuel : l’initiation à l’histoire littéraire et à l’explication de texte qui figuraient dans l’ouvrage papier n’ont pas été reprises, de manière à se concentrer sur l’apprentissage de la langue.

La méthode en ligne comprend 12 unités, précédées d’un préambule qui est conçu comme un guide : la description de la ressource proposée permet à l’étudiant de comprendre l’organisation des apprentissages proposés, et la méthodologie de progression qui l’attend.

D’une unité à l’autre, le menu d’apprentissage est identique ; il est pensé pour un usager qui travaille seul ; chaque unité comprend :

  • un affichage explicite des objectifs à atteindre (en langue essentiellement ; quelques éléments de civilisation/ histoire/ histoire littéraire sont aussi disponibles, mais la méthode vise essentiellement l’apprentissage de la langue).
  • un texte d’étude (authentique) qui sert de support à l’apprentissage des points de grammaire
  • des exercices corrélés
  • un ou des volet(s) histoire et civilisation en complément
  • des dessins ou reproductions d’œuvres qui aèrent le texte et apportent un complément d’apprentissage.

Quelques précisions sur les éléments qui composent ces pages et articulent :

  • une progression chronologique : la méthode suit une progression historique, unité par unité. Elle commence avec la fondation de Rome et finit avec le portrait de Marius et l’héritage des Gracques.
  • une progression grammaticale : la première unité est consacrée quasiment exclusivement à la révision des fondamentaux, en grammaire française, avec passage progressif du groupe nominal (fonctions) au groupe verbal (propositions).

Les textes d’appui sont de longueur différente, selon l’unité à laquelle on se situe. Sont portés en bleu les mots de vocabulaire importants, qui font partie du processus d’apprentissage. Chaque texte latin a été enregistré (par M. GRIFFE, MCF de latin à l’UPV) et peut être entendu en lecture, avec accentuation tonique et métrique (dont élision et longueur des syllabes, lecture des diphtongues), dans une prononciation restituée. Les auteurs dont sont tirés les textes sont très variés (Cicéron, Salluste, César, Virgile, Cornelius Nepos, Florus, etc.), et les extraits sont systématiquement accompagnés d’une rapide biographie permettant de les situer et fournissant les indications essentielles sur leur œuvre. Le texte authentique est toujours accompagné de sa traduction et d’une liste du vocabulaire à retenir, avec indications sur les radicaux que l’on retrouve en français, pour faciliter la mémorisation. Les traductions ont été faites par les enseignantes ; elles se veulent les plus précises et les plus proches possible du texte, de manière à ce que l’apprenant puisse naviguer du texte à sa traduction avec facilité, en autonomie (enseignement à distance).

Des explications grammaticales sont fournies sur les points de grammaire les plus délicats (ex : l’attraction modale), mais la ressource ne se substitue pas à une grammaire : les étudiants doivent s’en procurer une (pas de recommandation particulière), ainsi qu’un dictionnaire. La méthode comporte cependant un module d’initiation à la lecture du dictionnaire (dès l’unité 1 : savoir comment lire une notice de dictionnaire, quels renseignements en tirer).

Les exercices comportent des entraînements à la manipulation et un apprentissage progressif de la traduction. Ils sont étroitement liés aux points grammaticaux abordés dans les leçons, sont très fournis, et suivent toujours la même présentation. Ils ont été conçus avec possibilité de feedback – cet aspect de la ressource a été compliqué à mettre en place, car plus la progression avançait, plus il fallait apporter d’éléments de correction pour l’élève « lambda » ; des essais réalisés auprès du public étudiant eàd en particulier ont permis de cibler les besoins et de rectifier les approches. Ainsi sur l’unité 1, la méthode propose l’équivalent de 30 pages d’exercices, avec possibilité de contrôler les résultats et de disposer en cas d’erreur de la solution, mais aussi d’explications (rétroaction pour permettre à l’apprenant de tirer profit de la ressource).

Cette ressource a été conçue pour soutenir un enseignement à distance, mais peut être mobilisée en complément/soutien d’apprentissage pour un enseignement en présentiel aussi.

Lors de la discussion qui suit, et dont les compléments concernant la méthode ont été intégrés au Cr ci-dessus, sont évoqués des logiciels de traduction collaborative : Piratepad (pour lequel R. Delord a conçu un tutoriel, disponible sur arrête ton char : https://www.youtube.com/watch?v=YUOyVzQJMuI), et Framapad.

Catégories : Université, latin débutant

Étiquettes : ressources en ligne, progression grammaticale, lecture oralisée, utilisation du dictionnaire

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search