C.R 5 : Samedi 10 juin 2017 Vincent RAMOS-FILAIRE

Vincent RAMOS-FILAIRE

« L’automatisation des compétences linguistiques et langagières en langues anciennes chez les élèves : les apports du numérique ».

Vincent RAMOS-FILAIRE (Collège Foncarrade, PFA Lettres et numérique) : « L’automatisation des compétences linguistiques et langagières en langues anciennes chez les élèves : les apports du numérique ».

Constat de départ : les élèves sont de moins en moins ouverts à l’étude de la langue. Leurs compétences grammaticales et connaissances métalinguistiques sont problématiques. Ils sont de moins en moins autonomes et leur travail personnel est de plus en plus faible dans ce domaine. Le travail doit être fait en classe, sinon il n’est pas fait. En outre, les enseignants s’engagent souvent à ne pas donner de travail en plus des heures de cours aux élèves qui choisissent les enseignements optionnels / enseignements de complément au collège. On remarque aussi, de manière plus paradoxale, que des élèves qui ont une très bonne mémoire et connaissance des paradigmes n’arrivent pas à les réinvestir dans l’étude des textes. Ils sont capables de réciter mais pas d’identifier.

Les méthodes traditionnelles, avec récitations ou exercices des manuels, ne portent plus leurs fruits. La capacité des élèves à faire ce type d’exercice décroît ; à la fac, les étudiants non spécialistes refusent même de pratiquer cet exercice. L’abandon de l’apprentissage systématique, remplacé par des vademecum avec les paradigmes, les principales prépositions, etc. ne porte pas non plus ses fruits : la lecture sur la feuille et le travail sur le texte ne correspondent pas, les élèves n’arrivent pas à utiliser ces outils.

=> Problématique = comment continuer à transmettre les langues anciennes (et donc leur littérature / épigraphie) à un public :

– Potentiellement désintéressé, voire rétif

– Généralement peu compétent

– Avec peu d’heures

Le numérique est-il la solution ?

Pour développer des compétences langagières, il faut accéder à l’automatisation des tâches, c’est-à-dire mettre en place des réflexes :

– Favoriser l’apprentissage des régularités de la langue (approche fréquentielle).

– Développer une ‘intuition’ de la langue, une proximité par le biais de la répétition, voire une ‘grammaire inconsciente’, un rapport naturel à la langue latine, pour pouvoir par ex. reconnaître le sujet parmi plusieurs mots qui pourraient l’être.

=> cette automatisation prend du temps : elle nécessite des approches spiralaires, des retours réguliers (et non un apprentissage systématique et linéaire).

Premières expérimentations :

  1. En latin :

L’Académie de Poitiers a répertorié les travaux d’Yves Ouvrard (ancien site académique des Lettres de Poitiers : http://195.83.13.138/lang_anc/ ) :

– Crustula : petits exercices de morphologie automatisés

– Décl : exercices de déclinaison

– Sententia : travail de la phrase simple

– Ram : travail de la phrase complexe

– Collatinus : lemmatiseur et analyseur morphologique de la langue latine => Article d’Yves Ouvrard sur collatinus : https://www.cairn.info/revue-ela-2010-2-page-223.htm 

o http://www.collatinus.org/ 

http://outils.biblissima.fr/fr/collatinus-web/  (permet aussi de scander)

o https://baobab.biblissima.fr/ 

– divers exerciseurs autres : http://www.gratumstudium.com 

 2) En grec :

–  Il existe aussi un lemmatiseur de grec : http://outils.biblissima.fr/fr/eulexis/

– Travail sur l’augment : http://kailaasa.net/grec/  (programmation faite par Vincent Ramos-Filaire)

=> Limites de tous les exerciseurs = travail individuel, très peu d’interaction avec le groupe classe ou l’enseignant, nécessité de bénéficier d’une salle informatisée. Faible valeur ajoutée = on travaille toujours sur les paradigmes, pas de progression vraiment choisie. Cela semble drôle la première fois, mais peu de suivi des élèves ensuite, car il n’est pas possible de créer des comptes conservant les données et permettant ainsi à l’enseignant et à l’élève de mesurer les progrès accomplis.

Dernière expérimentation : lutilisation de QCM via application Plickers

Matériel nécessaire : ordinateur avec connexion internet et vidéo-projecteur + smartphone. Il s’agit d’une application multiplateforme permettant d’interroger simultanément et individuellement les élèves par un questionnaire à choix multiple créé par l’enseignant.

On se connecte au site. Le test est projeté au tableau. Les élèves répondent avec leur feuille. Pour scanner les réponses, il suffit d’avoir un smartphone, qui se connecte à l’interface où le test a été préalablement créé : les élèves répondent au moyen de feuilles présentant un gros QR code (et des petites lettres A, B, C, D correspondant aux réponses possibles, disposées sur chaque arête de la feuille). Les feuilles sont scannées par le téléphone de l’enseignant : le sens d’affichage du QR code indique la réponse choisie, sans que les autres élèves puissent le lire. => L’interface permet une évaluation en temps réel, sans temps de correction par l’enseignant ou les autres élèves.

NB : l’utilisation nécessite la création d’un compte personnel où l’on entre une bibliothèque de questions ; le site comprend des cartes avec QR code à imprimer pour scanner les réponses en direct sans que les élèves puissent voir ce que les autres ont choisi comme réponse ; le compte personnel permet l’enregistrement des réponses et la gestion des classes/groupes sur le long terme.

L’interface permet une activité ritualisée en début de cours qui sert à travailler en répétition un même point ; ex : petites phrases, avec progression : quand on a stabilisé la reconnaissance du sujet-cod, on passe aux autres cas. Il semble plus pertinent, après quelques mois d’expérimentation sur trois classes (5e, 4e, 3e), de travailler d’abord le groupe verbal, qui permet de construire la structure globale de la phrase, avant d’aborder les compléments au sein du groupe nominal (notamment le génitif, les groupes nominaux prépositionnels…). C’est un parti pris : on pourrait tout aussi bien commencer avec des groupes nominaux isolés (type cum equo, apudamicos...) mais choix de mettre l’accent dès le début de l’apprentissage sur le rôle essentiel du verbe dans la syntaxe latine. Morphologie : d’abord acquisition des masculins et féminins avant d’introduire le neutre. Permet la mise en place de réflexes, notamment celui de s’appuyer sur le verbe pour construire la phrase. Objectif = limiter la charge cognitive en prenant des mots transparents pour que les élèves n’aient pas besoin de vocabulaire.

=> intérêts pour l’enseignant :

– Adhésion des élèves. Tous les élèves participent, même les timides. Aspect ludique. Possibilité de faire des palmarès, de jouer sur la compétition. Intervention surtout orale : dynamisme. L’entraînement se fait à tous les cours. Il y a donc évaluation à tous les cours, ce qui dédramatise les résultats et l’évaluation.

– Rapidité du procédé : temps total pour le petit test (très rapide) et le retour : 10-15 mn.

– Connaissance instantanée des statistiques sur ce qui bloque, ce qui permet de prévoir des exercices spécifiques ensuite et d’adapter le rythme et les apprentissages à chaque groupe. L’application conserve les résultats obtenus par les élèves d’une session à l’autre et permet d’établir des statistiques individuelles. On peut donc constater les éventuels progrès ou au contraire, les points d’achoppement.

– Le développement d’automatismes est réel. Les élèves cherchent le verbe, identifient automatiquement sujet-COD-COI. Prise en compte du caractère plausible ou non de la traduction à exercice avec proposition de traductions stupides pour les faire réfléchir. En parallèle se fait la découverte de la culture, essentielle pour choisir entre différentes compréhensions possibles d’une phrase : ex., soldats ne peuvent pas diriger consuls.

Attention ! du point de vue des apprentissages, il est essentiel de procéder à la correction juste après l’exercice : phase d’explicitation par les élèves eux-mêmes est essentielle. à  explicitation des stratégies pour éviter erreurs par les élèves qui ont réussi. Un dernier piège à éviter : vouloir tout faire en utilisant l’interface. Plickers n’est utile / possible que pour les fondamentaux.

Catégories : latin, grec ancien, collège

Étiquettes : ressources numériques, progression grammaticale, rituel pédagogique, évaluation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search