C.R 6 : séminaire du 23 juin 2018 Jean-Luc Lévrier

Jean-Luc Lévrier

“Dans l’atelier du traducteur”

Une intervention visant à proposer un atelier de traduction a été effectuée en première année de classes préparatoires à l’école des Chartes. La spécificité de ce public est double : la langue latine (ou grecque) n’y est jamais étudiée dans une perspective littéraire, il n’y a pas de cours de culture antique, sauf pour les Chartes option B qui passent les épreuves de latin de la Banque d’Épreuves Littéraires. Une grosse part des efforts des élèves est consacrée à l’apprentissage du vocabulaire, puisque l’écrit (version) comme l’oral (traduction) se font sans dictionnaire. Les textes ne sont donc jamais approchés comme des objets littéraires. Ils sont vécus comme un couperet pour l’admission.

Jean-Luc Lévrier venait de publier aux éditions Sables une traduction des Tristia d’Ovide, dans laquelle il cherchait à suggérer l’alternance de l’hexamètre et du pentamètre dactyliques en faisant alterner vers de 14 et de 12 syllabes. Les organisateurs de l’atelier se sont inspirés de son travail en demandant aux élèves, en amont, de préparer la traduction de 6 vers des Tristiaen respectant une contrainte au choix :

– soit traduire en respectant l’ordre des mots latins

– soit traduire en alternant vers de 14 et de 12 syllabes

La possibilité de travailler en groupe était offerte aux élèves.

L’atelier en lui-même s’est organisé en trois temps distincts :

1) Jean-Luc Lévrier a présenté sa façon de traduire (la présentation détaillée des techniques de traduction se trouve sur le blog « Les amis d’Ovide », qu’il anime : http://ovidii-amici.blogspot.com/2018/02/dans-latelier-du-traducteur.html)

2) il est revenu avec les élèves sur la traduction qu’ils avaient préparée (Tristia, IV, 6, 1-18). La séance a reposé sur un échange collectif qui s’est révélé extrêmement productif.

3) Puis un travail de traduction similaire en improvisé sur 8 vers a été accompli (Tristia, I, 9, 5-16).

=> Le bilan de l’atelier est extrêmement positif. Il a permis une participation spontanée aux échanges et une modification de la relation au professeur juge-arbitre : tout le monde se sent sur un pied d’égalité et vise une collaboration. Les contraintes formelles ont libéré les élèves de la peur de faire des erreurs d’analyse, des contre-sens sur le texte. L’attention générale était dirigée non sur les fautes de grammaire mais sur les trouvailles rythmées, ce qui a levé un certain nombre d’inhibitions et favorisé la créativité, mais aussi une réelle réflexion sur la littérarité du texte. Elle a aussi créé ou conforté certaines vocations de traducteurs (même si la langue visée n’est pas le latin).

La séance de séminaire a servi à mettre les collègues en situation d’expérimenter l’atelier eux-mêmes.

Jean-Luc Lévrier met à disposition des collègues intéressés (notamment pour travailler sur le lien entre texte et image) son site personnel de photographies illustrant les Métamorphoses d’Ovide : www.ramond-photo.odiapo.com

Pour information :

– en septembre 2018 aura lieu, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine (15-16 septembre et le week-end suivant : 21, 22 et 23 septembre) au château Bertier (31120, Pinsaguel), proche de Toulouse, une exposition dédiée aux Métamorphoses d’Ovide avec sculptures, photographies, tissages, céramique…

– les 8-9-10 novembre 2018 se tiendra un colloque intitulé Présences ovidiennes à Clermont-Ferrand [désormais publié : https://www.fabula.org/actualites/remy-poignault-helene-vial-ed-presences-ovidiennes_98256.php ]

Catégories : CPGE, collège, lycée, Université, latin

Étiquettes : traduction, travail en groupe, littérature latine

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search