C.R 7 séminaire du 1er décembre 2018 Frédéric Trajber et Pascal Boulhol

Frédéric Trajber et Pascal Boulhol (Université Aix-Marseille) :

« Une rencontre entre élèves de CPGE et étudiants de Master autour des Hymnes de Callimaque ». 

Frédéric Trajber et Pascal Boulhol (Université Aix-Marseille) : « Une rencontre entre élèves de CPGE et étudiants de Master autour des Hymnes de Callimaque »

* Compte-rendu d’expérience, 1er volet : travail autour des hymnes de Callimaque menée en janvier 2018.

a) d’où est venue l’idée : constat posé à l’Université = les élèves des classes préparatoires de Thiers partent souvent à Lyon ou Paris, il est difficile de les faire venir à l’Université, en raison notamment de plusieurs idées reçues. D’où l’idée et la volonté de faire se rencontrer les étudiants et de casser certaines représentations erronées chez les étudiants de l’Université et les étudiants de classes préparatoires.

b) élaboration d’un projet scientifique permettant de créer une synergie entre les étudiants = travail sur les hymnes de Callimaque. Raisons de ce choix : cela faisait la 2e année que ces textes étaient au programme de l’agrégation côté université ; côté classes préparatoires, l’enseignant de Thiers est assez versé dans la période hellénistique.

c) Organisation : les enseignants se sont partagé la séance d’introduction aux textes ; dans un second temps, les élèves ont travaillé ensemble sur un corpus accompagné de questions, avec pour objectif de faire un retour par groupe, avec un rapporteur désigné, à la fin de la journée.

d) La mise en œuvre problématique : les étudiants de master ne se sont pas rendus à l’invitation ; l’ensemble des élèves présents (classes préparatoires, ainsi que des lycéens des trois niveaux que les enseignants du lycée avaient voulu inviter), soit une soixantaine de personnes, ont été partagés en deux groupes, avec deux séries de questions (cf. exemplier sur l’une des séries). Le premier groupement portait sur des questions de narratologie, l’autre sur des questions relatives aux dieux.

Sur la fenêtre de travail allouée, soit 4h : environ 20 mn d’introduction sur la littérature hellénistique, puis 20 mn sur le genre hymnique dans la littérature grecque.

Puis le corpus a été distribué, soit des extraits avec traduction juxtalinéaire du texte de Callimaque faite par FT (une quarantaine de pages) + incipit de 3 ou 4 hymnes homériques pour que puissent comparer. Mise au travail des élèves pour 1h30 ; les enseignants circulaient dans la salle au milieu des groupes pour répondre aux questions.

Au bout du temps de travail, chaque groupe a envoyé un rapporteur qui a produit devant l’autre groupe les résultats. Le travail a été valorisé même si les élèves ne sont pas arrivés au bout des questions (arrêtés à la fin de la 4e).

e) Le bilan a été très discuté. FT mécontent car le contrat n’a pas été rempli : déception du fait que les étudiants de master n’ont pas répondu à l’invitation (différentes explications psychologiques sont possibles, dont la pression à l’idée de devoir ‘encadrer’ d’autres étudiants et la peur de ne pas être à la hauteur). Le collègue de classes préparatoires a apprécié en revanche l’opportunité de faire travailler les étudiants durant 4h pleines sur Callimaque. Lors de cette expérience, les élèves ont tous fait l’effort de répondre et d’argumenter en s’appuyant sur le texte grec, et non sur la traduction. Un inspecteur, présent lors de l’expérience, a estimé de son côté que l’expérience était assez probante pour mériter d’être renouvelée.

Discussion

– pour permettre aux élèves d’aller plus loin et plus vite dans le corpus, prévoir une entrée dans le texte avec une problématique générale dont ils ont connaissance, et une série de questions qui permettent toutes de répondre à une partie de la problématique. Permet d’éviter l’impression de ne pas avoir terminé un parcours, et permet également de répartir davantage le travail, avec plus de de groupes, et en spécialisant chaque groupe.

– intégrer pour motiver les étudiants de l’université davantage le travail à leur parcours de formation : journée rendue obligatoire pour les étudiants de l’année suivante, validée dans le cadre du Master.

* Projet en construction, deuxième volet : février 2019, travail en latin cette fois, avec PB représentant l’Université, et deux collègues de classes préparatoires, lycée Thiers de Marseille (Y. Durbec) et lycée Cézanne d’Aix (S. Leroy).

a) évolution : une journée entière (27/02/2019, de 10h à 17h) est consacrée au projet, banalisée, avec présence obligatoire. Les étudiants de Master et de licence 3 sont invités avec obligation de présence. Cette journée a lieu à la Maison méditerranéenne des Sciences humaines (MMSH).

b) Projet en cours d’élaboration, mais qui va tourner autour des manuscrits latins et d’une traduction princeps.

c) Organisation prévue. De 10h à 12h30 : intervention préliminaire avec présentation devant tous les participants de la journée, et pour souligner l’intérêt de la collaboration/ visite de la bibliothèque de la MMSH et présentation des laboratoires/ repas. De 14h à 15h : reprise avec introduction scientifique en 3 parties, de 20 mn chacune environ : YD prend en charge la présentation de la découverte des deux manuscrits de 4 vers chacun de Gallus, poète qui a introduit le genre de l’élégie à Rome, et politique qui a joué un rôle très important auprès d’Auguste, notamment à la bataille d’Actium./ présentation par SL du grand découvreur de manuscrits qu’est Le Pogge (aurait découvert une vingtaine de manuscrits majeurs en 4 ans, dont certains manuscrits de Cicéron, le DRN de Lucrèce, etc.)/ présentation par PB des méthodes d’édition de textes, dont méthode Lachman : comment on classe les manuscrits, comment on édite le texte, comment on produit un apparat critique notamment. De 15h à 16h : étudiants répartis en groupes mêlés et travaux à faire sur les trois sujets : 1 sur les papyrus en rapport avec élégie romaine/ un autre sur un pbe relatif à la découverte des manuscrits latins par un humaniste/ un dernier sur la passion d’une martyr, texte inédit et en caroline (écriture lisible), peut-être la passion des saintes Vincentia et Margarita ; on dispose pour cet événement de 4 manuscrits ; l’idée serait de les faire travailler sur le début, écrit dans un style élémentaire, avec arrestation par ex. et l’objectif serait d’éditer 4 ou 5 lignes en choisissant deux bons manuscrits, et d’esquisser un apparat critique. 16h-17h : clôture avec CR de leurs travaux par les étudiants.

d) une discussion s’amorce en fin d’intervention, sur la sollicitation de PB concernant cette journée, qui aboutit à l’idée qu’il serait sans doute très intéressant pour les étudiants de travailler à la production d’une édition, et qu’il faudrait sans doute réorganiser la journée autour de cet objectif pour leur en laisser le temps, en inversant par ex. visite de la bibliothèque et introduction en trois temps, et en leur donnant davantage de temps également pour peaufiner leur travail l’après-midi.

Catégories : lycée, CPGE, université

Étiquettes : littérature grecque, groupes multiniveaux, pédagogie de projets, travail en groupe

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search