C.R 7 : séminaire du 1er décembre 2018 Hélène Raux

Hélène Raux

« L’histoire de l’Université de Montpellier, en latin dans le texte »

Compte-rendu de la séance du séminaire « Antiquité en dialogue » du 1er décembre 2018

Hélène Raux, « L’histoire de l’Université de Montpellier, en latin dans le texte ».

Problématique d’enseignement = comment faire progresser en commun un groupe multi-niveaux, comprenant des élèves de seconde, première, terminale, avec deux heures maximum par semaine.

  • Idée d’un travail sur les sources patrimoniales locales, en s’intéressant à l’histoire de la région. L’histoire de l’Université de médecine de Montpellier offre de nombreuses opportunités de travail, en permettant notamment de visiter et de s’approprier une partie des archives municipales, les ressources de la médiathèque Émile Zola, et le fonds propre de la faculté de médecine ; un grand nombre de sources sont compilées dans le Cartulaire de l’Université de Montpellier (consultable à la médiathèque Zola ou à la BU de Médecine ; le tome I est disponible sur archive.org): les sources s’avèrent très diverses, des manuscrits authentiques et une bulle papale par exemple peuvent être présentés aux élèves, et ces objets en soi donnent davantage sens au travail d’investigation des textes, car le support matériel, visible, éventuellement manipulable, rend leur approche plus concrète.
  • À cette occasion, on quitte l’antiquité pour travailler sur le Moyen-Âge : le latin est plus facilement compréhensible ; le sujet sélectionné permet de s’inscrire totalement dans l’entrée du programme « discours scientifiques ».

Un exemple de progression avec supports divers et accès permis à tous les niveaux d’enseignement (cf. exemplier) : textes relatifs à l’histoire de l’université de Montpellier, écrits en latin.

Texte 1. Une décision révolutionnaire de Guilhem : autorisation d’enseigner la médecine à toute personne qui souhaite pratiquer cet enseignement ou l’a déjà pratiqué. Travail d’approche pour les élèves les moins aguerris : repérer locuteur/ année/ des syntagmes facilement identifiables et intéressants à travailler grammaticalement comme omnes homines. Pour les plus avancés, on peut travailler sur l’argumentation soutenant le passage.

Texte 2 et texte 3 = validation par l’église, avec deux niveaux hiérarchiques, cardinal Conrad (1220) et pape Nicolas IV en 1289. Voir argumentation avancée = rendre service à l’humanité/ soutenir financièrement/ encadrer le recrutement à venir des enseignants, avec évêque de Maguelone qui donne autorisation. Valide une situation et pose des garde-fous. Permet aussi de se renseigner sur les conditions pédagogiques : on voit ici que les étudiants suivent librement l’enseignement du médecin qu’ils choisissent, donc différentes écoles.

Textes 4 et 5, suite de l’histoire de la faculté, avec statuts et programme d’études fixé par la bulle Papale de Clément V (d’Avignon). La proximité des lieux concernés favorise pour les élèves l’intérêt, le sentiment d’être reliés à des textes qui constituent leur patrimoine local. Le texte 5 est intéressant pour travailler sur le syncrétisme de cet enseignement (cf. mélange Hippocrate, Ysaac, etc.). Il permet aussi de voir quelle est la méthodologie d’enseignement = une méthode socio-constructiviste : apprentissage se fait par des réflexions autour de questions, avec lectures et discussions (lectiones et quaestiones). Les débats sont organisés autour de questions traitées en communauté, parfois individuellement. Approche aussi par la pratique, durant un certain nombre d’années, pour obtenir le titre de médecin.

On a également accès à d’autres textes, qui évoquent les conditions concrètes d’enseignement (realia) sous un jour plus matériel encore, par ex. texte qui fixe l’obligation chaque année de donner le corps d’un condamné à mort à la faculté de médecine pour dissection/ ou texte de revendication des étudiants qui demandent à pouvoir apporter leur propre vin, déposé auprès du consul de Montpellier.

On peut enfin parler d’une figure locale importante et intéressante par son parcours = Arnaud de Villeneuve, une figure de l’université de médecine de Montpellier. Moins connu comme médecin innovant que comme enseignant de l’université et excellent vulgarisateur des pratiques et connaissances médicales ; notamment grâce à sa traduction en latin de Galien. Sa biographie est en soi intéressante : né en Espagne, a bcp voyagé, médecin des rois d’Aragon donc célèbre pour cette raison, a eu également des missions diplomatiques. Sur ses conseils notamment que le programme d’enseignement est fixé à la faculté de Médecine. Cf. texte 6 sur les œuvres d’Arnaud de Villeneuve. Œuvre de vulgarisation scientifique, mais aussi d’analyse théologique (ce qui lui a valu d’être emprisonné), d’alchimie, d’interprétation des rêves… ex. Tractatus de uinis = recettes de potions, reprend techniques de distillations arabes = distillations de plantes, pas loin des huiles essentielles. Texte 7 = extrait d’une traduction de Galien par Arnaud de Villeneuve. Texte narratif, avec structures des phrases très simples, donc facile à parcourir. Première chose = expuli timorem, donc approche globale du patient pour le rassurer, puis possible de travailler sur les humeurs (Galien est un des théoriciens de la théorie des humeurs = sang, lymphe, bile jaune et bile noire dont l’équilibre apporte bonne santé).

Ressources de la faculté de Médecine, bibliothèque : les conservateurs sont heureux de faire découvrir leurs fonds (dont bulle papale et édit de Guillhem) ; présentent également leur collection de manuscrits, pour sensibiliser les élèves à la diversité des sources : par ex. ont présenté un manuscrit en grec, un en arménien (montre la diversité des langues en rapport avec les différents supports de l’histoire locale de Montpellier). Possèdent aussi les manuscrits de la traduction de Galien par A. de Villeneuve ; certains sont exposés, d’autres sont en ligne, on peut également demander leur numérisation.

Discussion

  • Possibilité de travailler en paléographie ; idée soumise durant le séminaire, qui suscite enthousiasme des personnes présentes = intégrer une formation en paléographie au PAF. Il est indiqué à cette occasion que l’Institut des sources chrétiennes à Lyon organise tous les ans un stage de paléographie. Inscription coûte très peu, suffit de s’inscrire / adhérer à sources chrétiennes. Il existe sur leur site des cours d’initiation en ligne à télécharger. https://sourceschretiennes.org/ressources/ressources-paleographie  
  • Réflexions diverses sur le corpus présenté = on peut amener dans ces bibliothèques et lieux de conservation des manuscrits les élèves, les laisser choisir les supports sur lesquels ils veulent travailler, numériser leur choix et traduire des textes encore non traduits. cf. projet Libros à Brest = un enseignant-chercheur qui suit une classe, peut même se faire en lycée technique ; motivation des élèves pour une traduction inédite. https://www.univ-brest.fr/libros/menu/Psentation 
  • on peut aussi amener les élèves à reproduire certains supports d’enseignement, comme la rosace du manuscrit De complexionibus.
  • Est mentionnée aussi l’association « Horizons antiques » = groupe de jeunes étudiants qui se déplacent dans les établissements pour faire des interventions. On peut leur demander le sujet sur lequel on souhaite travailler. https://www.decouvrir-antiquite.fr/ 

Catégories : lycée, université

Étiquettes : latin, utilisation du patrimoine local, ressources en ligne, moyen âge, discours scientifique, groupes multiniveaux, médecine, manuscrits, paléographie, bibliothèques, realia

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search