C.R 8 séminaire du 25 mai 2019 Séverine Tarantino et Peggy Lecaudé

Séverine CLÉMENT-TARANTINO et Peggy LECAUDÉ, toutes deux MCF de latin à l’Université de Lille :

« Des ‘applications’ du latin à sa pratique active : retour sur l’évolution de l’enseignement du latin dans le parcours HSI (Humanités et Sciences de l’Information) du département LCA de l’Université de Lille ».

Séverine CLÉMENT-TARANTINO et Peggy LECAUDÉ, toutes deux MCF de latin à l’Université de Lille : « Des ‘applications’ du latin à sa pratique active : retour sur l’évolution de l’enseignement du latin dans le parcours HSI (Humanités et Sciences de l’Information) du département LCA de l’Université de Lille ».

I/ La licence Humanités et Sciences de l’Information (= HSI)

Effectifs en moyenne 30 étudiants / an

=> L’université de Lille (Faculté des Humanités, Département des Langues et Cultures antiques) dispose de 2 licences : Lettres classiques (qui se maintient, n’est pas menacée) ; HSI (qui repose sur un partenariat avec les sciences de l’information et de la documentation). La licence HSI fut fondée par A. Deremetz il y a presque 20 ans, pour prévenir un potentiel bouleversement des enseignements de LCA à l’Université. L’idée était aussi de créer de l’emploi pour les jeunes docteurs et de développer les postes. Profils majeurs des étudiants : se destinent au professorat des écoles, métiers des bibliothèques, journalisme, édition…

> Questionnement spécifique de la licence HSI : comment faire dialoguer Antiquité et Modernité ?

> L’approche adoptée, celle de la réception de l’Antiquité, joue en particulier pour l’enseignement des langues. L’idée est d’étudier latin (et grec) comme voies d’accès aux cultures antiques. À l’origine, les enseignants-chercheurs ont repris un enseignement de la langue traditionnel, mais à mesure que les effectifs ont augmenté, les méthodes et le niveau d’exigence en langue sont apparus comme problématiques. D’où des tentatives diverses : d’abord celle d’un allègement, la langue ancienne étant rendue optionnelle, puis le retour du latin obligatoire, mais avec des modifications sur la nature de cet enseignement.

> Dans le cadre de la préparation actuelle du bilan HCERES et de la préparation de nouvelles maquettes, la réflexion sur les dispositifs d’enseignement des langues anciennes est relancée.

II/ Présentation de la méthodologie de quelques cours

Le choix a été fait d’un travail sans manuel, d’horaires légers, d’où la question qui s’est posée : pourquoi fait-on quand même de la langue ? Pas pour traduire, pas dans la perspective d’un enseignement, mais pour pouvoir lire un texte latin (ou grec) accompagné de sa traduction et savoir s’y repérer, réfléchir sur des textes et éventuellement les commenter. D’où le choix du corpus de textes utilisés : proverbes, récits mythologiques, latin et bibliothèques, inscriptions, latin d’“aujourd’hui”, mais aussi découverte de textes d’auteurs.

=> Présentation des approches et supports de trois de ces cours : “Latin et bibliothèques” (L3) et “Inscriptions” (L2) et “Le latin d’aujourd’hui” (L2/L3).

1. “Latin et bibliothèques” (L3) [S. Clément-Tarantino]

Le travail s’est longtemps fait notamment sur les pages de titre des ouvrages de la Renaissance, qui comportent souvent un titre très long en latin accessible. Il s’est fondé sur un travail sur des imprimés anciens des fonds documentaires locaux, avec notamment une attention particulière au rapport entre textes et images à partir d’emblèmes de la Renaissance p. ex. Avec les groupes les plus motivés et / ou les mieux armés, un ouvrage entier a pu être exploré – ainsi Mikrokosmos de L. van Haecthanus et G. de Jode, Anvers, 1579 – ou bien des parties d’un autre ont été traduites, ce qui était l’occasion, à la fois, de faire découvrir aux étudiants un autre état du latin (en l’occurrence le « néo-latin ») et de les « pousser » dans le sens de la traduction, sinon de la « version ».

Le cours faisait alors une place aux professionnels des bibliothèques et particulièrement aux conservatrices, qui ont abordé avec les étudiants des questions comme : Que fait le bibliothécaire face à ces livres ? comment les indexer ? Quel titre retenir ? Dans quelle mesure doit-il connaître le latin ?

Cette année, les étudiants ne souhaitaient plus du tout faire de langue et il a fallu inventer de nouveaux supports, plus attractifs. L’idée est alors venue de proposer de lire de petits livres, contemporains, en latin (certains étant très simples, comme ceux de L. Piantaggini – Piso perturbatus ; Piso ille poetulus ; Syra sola… – et d’A. Olimpi – Familia mala : Saturnus et Iuppiter – ; d’autres plus longs avec un vocabulaire plus abondant et varié, comme Filia regis et monstrum horribile ; Perseus et Medusa du même A. Olimpi, mais surtout Cloelia, puella Romana, d’E. Arnold, Clauis Apollinis de W. Simpson et le roman de D. Pettersson, Pugio Bruti, auquel est désormais associé un cours en ligne)et de faire réaliser des comptes rendus de lecture aux étudiants. Ces supports, souvent écrits pour un public du second degré, ont suscité une sorte de révélation : il est possible de comprendre un texte latin à la lecture ! Au long du semestre de cours, des extraits de ces ouvrages ont été utilisés dans une perspective de pédagogie active : les étudiants devaient reprendre les contenus sous forme de questions-réponses, les résumer et à la fin du semestre ils se sont essayé à écrire, par groupes, un petit texte en latin. Pour beaucoup, la motivation semblait retrouvée. Une autre découverte pour les étudiants a concerné les créations multi-média d’un magister comme J. Craft : les mises au point de civilisation, d’histoire ou de mythologie proposées à travers le personnage de « Magister craft » (https://www.magistercraft.com/) leur ont beaucoup plu, grâce à la prononciation du latin, à la dimension visuelle, au caractère accessible des scripts.

2.“Inscriptions” L2 [P. Lecaudé]

Il s’agit d’une initiation à l’épigraphie, fondée sur une observation de différents états de la langue latine, de supports variés, qui s’appuie sur le projet Talie (recensement de toutes les inscriptions en latin de la région, quelle que soit l’époque).

Pour dynamiser l’approche de ces textes, les modes d’évaluation ont pris des formes plus ludiques, mais qui nécessitent une véritable implication des étudiants et leur font travailler le latin de manière approfondie (il s’agit de travaux à la maison présentés en classe) :

1) quel épigraphiste êtes-vous ?

– choix d’une inscription

– enquête / contextualisation

– analyse du texte

– traduction du texte

– présentation théâtralisée du fruit du travail, en choisissant d’incarner un personnage (p. ex. épigraphiste, fantôme, guide touristique…)

2) réalisation d’une inscription personnelle

– choix du support, du contenu en latin, réalisation

3. “Le latin d’aujourd’hui” (L2/L3) [P. Lecaudé]

Il s’agit de faire pratiquer activement le latin en multipliant les supports issus du quotidien des étudiants :

– BD, petits livres en latin (voir supra)

– lecture de poèmes en latin (Rimbaud, Baudelaire)

– visionnage de vidéos en latin (Magister Craft)

– rédaction et correction d’articles Vicipaedia

– écriture et mise en scène de saynètes en latin

– création de vidéos en latin (voir fichiers joints)

=> Bilan des expérimentations

– toutes ces innovations rendent les cours plus attractifs

– et favorisent un investissement accru des étudiants

MAIS

– pour le moment, on regrette encore un manque de progressivité : à améliorer (de ce point de vue, le fonctionnement en semestres est à repenser)

– des difficultés subsistent : comment passer des textes modernes en latin fabriqué à des textes d’auteurs ? La maîtrise de la langue reste insuffisante pour aborder ces textes, ce qui tient surtout au point précédent, et au fait que jusqu’ici, nous n’avons pas eu d’approche active systématique.

=> Perspectives

– poursuite des réflexions collectives entreprises dans le cadre du séminaire de recherche pédagogique créé il y a deux ans et inscrit dans les programmes des équipes HALMA et STL, avec la collaboration de l’APLAAL (l’Arela de l’Académie de Lille).

– latin et grec à l’oral en développement. On envisage plus largement l’emploi d’une méthode active systématique sur les 3 années, à partir de la méthode Ørberg, Lingua latina per se illustrata. En troisième année l’an prochain (avec un groupe qui n’a pas débuté son apprentissage de manière « active »), nous allons également expérimenter l’utilisation pédagogique du roman Pugio Bruti. La découverte du grec ancien en HSI se fait désormais elle-même selon cette approche active.

– réflexion pédagogique en cours : que changer pour travailler l’exercice de la version ? Les différents sujets abordés dans le cadre du séminaire pédagogique (latin et grec à l’oral d’abord, la version en question ensuite) se rejoignent en effet et il serait bon de voir dans quelle mesure le renouvellement de l’approche pédagogique désormais acté pour la licence HSI pourrait s’appliquer aux étudiants de Lettres classiques.

=> intégration de ce questionnement dans le travail sur le référentiel des compétences pour les prochaines maquettes.

Catégories : Université, latin, latin débutant,

Étiquettes :

Bibliothèques, lecture en VO, traduction, utilisation du patrimoine local, pédagogie de projet, épigraphie, latin contemporain, audiovisuel, ressources en ligne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search