C.R 1 : samedi 13 juin 2015 Dominique Dessein et Flore Kimmel-Clauzet

Compte-rendu samedi 13 juin 2015

Dominique Dessein et Flore Kimmel-Clauzet

“ Un cursus innovant mis en place au lycée Pompidou : le parcours Humanités et Cultures (liaison lycée-Université autour des LCA) ”

Dominique Dessein (Lycée Pompidou, Castelnau-le-Lez) et Flore Kimmel-Clauzet (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : “Un cursus innovant mis en place au lycée Pompidou : le parcours Humanités et Cultures (liaison lycée-Université autour des LCA)”

Le parcours « Humanités et Cultures » est un dispositif innovant de liaison entre lycée et université, qui vise à inciter les lycéens à une poursuite d’études en Lettres et Sciences humaines en leur ouvrant des perspectives professionnelles inconnues d’eux, en les rendant acteurs de leur formation et en leur donnant les moyens (méthodologiques, culturels et linguistiques) de réussir dans leur projet. Ce parcours original s’appuie sur la pratique d’une langue ancienne, sur une heure de « projet » spécifique et sur un accompagnement personnalisé durant les 3 années de lycée. En classe de seconde, le travail de liaison prend également place dans le cadre de l’enseignement d’exploration « Littérature et Société ». Le parcours s’appuie donc sur 5h30 hebdomadaires de cours ou ateliers en seconde, 4h en première et terminale littéraire. L’essentiel des cours est assuré par les enseignants du lycée, mais entre une dizaine et une quinzaine de séances par an et par niveau sont prises en charge par des enseignants-chercheurs et des professionnels de différents métiers. En première, les élèves du parcours pourront bénéficier du suivi scientifique d’un enseignant-chercheur pour leur Travail Personnel Encadré (TPE).

Le partenariat entre le lycée et l’université Paul-Valéry a été initié en 2013 (dans le cadre de l’IDEFI UM3D financée par l’ANR) pour les trois années de lycée et le parcours lui-même a ouvert pour la classe de seconde en 2014 avec un effectif de 12 élèves. Il ouvrira en classe de première littéraire à la rentrée 2015, avec un effectif d’au moins 14 élèves (il est possible de rejoindre le parcours en première sans l’avoir suivi en seconde), et en classe de terminale à la rentrée 2016. Les élèves du parcours Humanités ne sont seuls que durant l’heure de parcours et l’Accompagnement Personnalisé spécifique. Le reste du temps, ils sont rassemblés avec les autres élèves qui bénéficient donc d’une partie des interventions. Un certain nombre d’actions et de sorties leur sont néanmoins réservées, comme la visite du laboratoire du CNRS de l’UMR 5140, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, à Lattes, qui s’est déroulée sous la houlette de Réjane Roure (MCF d’archéologie à l’Université Paul-Valéry) et n’était matériellement possible que pour un petit groupe.

Le type d’interactions mises en place est très varié. Les enseignants-chercheurs peuvent aussi bien venir au lycée donner des conférences classiques, suivies de questions, sur des objets d’étude des programmes de Lettres ou d’Histoire, en première et terminale, qu’intervenir dans le cadre plus restreint de cours, dans le cadre d’une séquence particulière. Un travail de coordination avec l’enseignant en charge du cours est alors essentiel pour assurer l’insertion de l’intervention ponctuelle de l’enseignant-chercheur dans la séquence. Certains enseignants-chercheurs choisissent aussi d’encadrer un atelier spécifique durant l’heure de parcours.

Les impacts essentiels de ce parcours semblent être à ce jour une revalorisation des études de Lettres et Sciences humaines, qui n’apparaissent plus uniquement comme des voies de garage, et une modification de l’image des enseignants-chercheurs et de l’université. La diversité des pratiques et des personnalités des enseignants-chercheurs frappe les lycéens et permet de rendre à l’université sa richesse et sa variété. Mais c’est souvent aussi la disponibilité et l’accessibilité des enseignants-chercheurs qui étonne les lycéens (les enseignants-chercheurs participant au projet sont tous volontaires).

Du côté du lycée, le succès du parcours se traduit par l’intégration de nouveaux collègues au projet : professeurs de philosophie, de sciences physiques et chimie, ou d’anglais souhaitent à leur tour développer le partenariat dans leur cours et intervenir dans le parcours. Au plaisir de l’émulation intellectuelle, lié au travail en commun, se joint celui de donner du sens aux apprentissages grâce à l’interdisciplinarité, sans oublier l’envie profonde de revaloriser la filière littéraire. Enfin, les élèves font preuve d’une grande motivation et manifestent le plaisir qu’ils ont à participer au projet. Les neuf élèves de seconde qui passent en première littéraire souhaitent tous continuer ce qui est devenu « leur » parcours. Ils apprécient tout d’abord l’ouverture culturelle qu’il leur apporte, le fait de travailler avec des universitaires, de participer à des évènements concrets qui mobilisent leurs compétences spécifiques et leur donnent une meilleure image d’eux-mêmes et de leur choix d’orientation. Ils seront rejoints à la rentrée 2015 par de nouveaux élèves qui intégreront le parcours directement en première.

Documents complémentaires :

Présentation de plusieurs réalisations :

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01277364/document

présentation du projet “Œdipe Roi version polar” : p. 97-105 de la brochure du PNF Lettres et Numériques 2015

https://eduscol.education.fr/document/18955/download

Mise à jour 2017 : auto-évaluation du projet

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02890458

Catégories : Liaison secondaire-supérieur

Étiquettes : pédagogie de projets, pluridisciplinarité

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search